Compare products

Compare products description
VENTES / Publications / UTILISEZ-VOUS LA FAUCHEUSE CONDITIONNEUSE CORRECTEMENT?

UTILISEZ-VOUS LA FAUCHEUSE CONDITIONNEUSE CORRECTEMENT?

La faucheuse combinée à un conditionneur permet un séchage et un temps de récolte plus rapides, assurant ainsi la préservation des nutriments dans le fourrage.

Les feuilles de la plante sèchent plus rapidement que les tiges en raison du rapport surface/volume supérieur et de la plus faible épaisseur de l’épiderme. Les tiges sont conçues pour transporter l’eau des racines aux feuilles et cela doit se faire aussi rapidement et efficacement que possible, sans perte hydrique. Par conséquent, les tiges ont un rapport surface/volume plus faible (c’est-à-dire un plus grand diamètre) et sont entourées d’une cuticule cireuse, qui prévient l’évaporation de l’eau. Les faucheuses combinées à un conditionneur sont conçues pour casser les tiges dans la mesure où la perte hydrique de la tige est plus rapide et où le temps de séchage de la tige est plus court.

On distingue deux types de conditionneurs, le conditionneur à doigts et le conditionneur à rouleaux. Pour les conditionneurs munis de doigts, il est possible d’utiliser des doigts en plastique ou en métal. Ils peuvent être mobiles ou rigides, et leur fonction est de casser la cuticule cireuse des tiges ou des feuilles, permettant une perte d’humidité plus rapide. Le système de conditionneuse à doigts assure un drainage efficace du fourrage, ainsi qu’un large flux à travers la barre de coupe et une coupe régulière de l’herbe. Le système est recommandé pour les graminées mais pas pour le conditionnement du trèfle ou de la luzerne car ils peuvent fracturer les feuilles délicates et augmenter la perte de nutriments dans le fourrage.

Conditionneur doté de doigts en plastique et en acier

Conditionneur à doigts brise la cuticule cireuse des tiges et des feuilles (1) et
déchire ou casse les tiges (2), permettant ainsi une perte hydrique plus rapide

Le conditionneur à rouleaux comprime les tiges entre deux rouleaux en caoutchouc ou en acier, qui peuvent être lisses ou profilés. Les tiges sont brisées dans le sens de la longueur et exposées à des conditions climatiques qui permettent une évaporation rapide de l’eau. Ce système ne brise pas les feuilles, il est donc plus adapté au conditionnement de la luzerne et du trèfle. Les conditionneurs à rouleaux, en particulier ceux en acier, peuvent également être utilisés pour conditionner l’herbe à tige plus épaisse comme le sorgho ou le millet.

Conditionneur à rouleaux en caoutchouc

L’image montre les points où la tige est écrasée tandis que les feuilles restent intactes.

Pour un conditionnement efficace, des réglages appropriés sont nécessaires sur le système de conditionnement

Si un conditionneur à doigts est utilisé, le degré de contact entre le conditionneur et le fourrage doit être réglé en fonction de la quantité et du type de fourrage. L’intensité du conditionnement dépend de la vitesse du rotor et de la distance entre les doigts et le bouclier de déviation. Si la quantité de fourrage à conditionner est plus grande, l’ouverture du bouclier de déviation doit être plus grande et vice versa. Si le conditionneur à doigts est réglé correctement, toutes les tiges devraient être brisées.

Le conditionneur à rouleaux en caoutchouc est doté de deux rouleaux profilés en V, qui tournent l’un vers l’autre. Le degré de conditionnement peut être adapté à la quantité de fourrage en réglant l’espacement correct et le niveau de pression entre les rouleaux. La vitesse de fonctionnement des rouleaux est réglée par le système d’entraînement du rotor. Il est essentiel d’ajuster l’espacement adapté entre les rouleaux. En cas d’espacement trop important, le fourrage est conditionné de manière insuffisante ou pas du tout. Si l’espacement est insuffisant, les tiges plus larges ne peuvent pas passer au-dessus du conditionneur ou les feuilles sont trop endommagées. La distance entre les rouleaux doit être comprise entre 1,5 et 2,3 mm et doit être légèrement inférieure au diamètre moyen des tiges au niveau du socle. Un paramètre tout aussi essentiel est la rotation synchronisée du rouleau. Les rainures et les fentes du rouleau doivent se chevaucher uniformément. Dans ce cas, des réglages imprécis peuvent entraîner un conditionnement excessif et une perte de feuilles. Il est également nécessaire de vérifier la pression entre les rouleaux ; le niveau de pression peut être ajusté entre les ressorts. Lorsqu’un rendement en matière sèche par hectare est faible, le niveau de pression devrait être plus faible et vice versa.

Avec le réglage de l’intensité de conditionnement, la pression des rouleaux peut être réglée en fonction de la quantité et du type de fourrage.

En utilisant un conditionneur à rouleaux, au moins 90% des tiges doivent être brisées. Il est également important qu’immédiatement après le conditionnement les feuilles ne deviennent pas noires, si tel est le cas, le conditionneur doit être ajusté correctement car ces feuilles sèchent très rapidement, deviennent blanches et se cassent sur le champ. Outre les pertes de nutriments, un mauvais réglage du conditionneur augmente la charge sur la faucheuse, provoque une usure plus rapide du conditionneur et augmente la consommation d’énergie.

Toutes les ressources peuvent être consultées ici.